Conter Fleurette ! Ou le premier amour du bon Roi Henri IV.

Statue de Fleurette, par Daniel Campagne (1896), 
dans une grotte du parc de la Garenne à Nérac

« Vous me quittez, Henri, disait la tendre enfant étouffée par ses pleurs,
vous me quittez, vous m’oublierez, et je n’aurai plus qu’à mourir. »
Henri la rassura et lui fit le serment d’un amour éternel,
que Fleurette seule devait acquitter :
« Voyez-vous cette fontaine de la Garenne
(lui dit-elle au moment où la cloche du château rappelait Henri,
et donnait le signal du départ) ;
absent, présent, vous me trouverez là... toujours là ! »
ajouta-t-elle avec une expression qu’il n’oublia pas.

Le prince de Béarn, depuis Henri IV, n’avait pas encore douze ans lorsque Charles IX vint à Nérac, l’été 1565, pour y visiter la cour de Navarre. Les quinze jours qu’il y passa furent marqués par des jeux, des fêtes dont le jeune Henri était déjà le plus bel ornement. C’est à cette occasion que le jeune prince croisa Fleurette, sa première maîtresse et la seule qui lui fut fidèle, avec laquelle il vécut des émois auxquels son précepteur jugea bon de mettre un terme...

Henri en contait à Fleurette... et vous savez maintenant l'origine de cette expression conter Fleurette.

Château de Nérac

                                                                                                                            Château de Nérac

 « Je vous ai dit que vous me trouveriez à la fontaine ; peut-être avez-vous passé près de moi sans me voir ; retournez-y et cherchez mieux... Vous ne m’aimiez plus... il fallait bien... Mon Dieu ! pardonnez-moi !... »

 Le corps de l’aimable enfant fut retiré du fond du bassin où s’épanchaient les eaux de la fontaine, Fleurette est la seule des maîtresses de Henri IV qui l’ait aimé comme il méritait de l’être, ajoute Etienne de Jouy, la seule qui lui fut fidèle, qu’il pût avouer sans rougir ; mais elle ne fut pas présentée ; elle n’eut pas le tabouret chez la reine, elle ne travailla pas avec les ministres et avec le confesseur, elle ne donna à la France ni princes bâtards, ni princes légitimes ; aussi l’histoire n’en fait-elle pas mention.


Source

23 Jan, 2015
Comments
Convert?w=220&h=220&fit=crop&cache=true
over 7 years ago

Ratings
(0 votes)
Your rating
Collected
Francastoria
Francastoria