L’attrape-rêve

Le capteur de rêve, ou l’attrape-rêve, est un objet mystique que nous connaissons tous très bien.
1
10
23 visits

Toi l’attrape-rêves, tu le sais bien ouais, 
Comme l’on vit on rêve, 
Et comme l’on rêve on devient ! 

Toi qui, veille sur nos nuits, 
Je te dis merci, petit morceau de lune. 
Oui toi, qui garde bien en vie 
Tous nos secrets, nos rêves dans tes plumes. 

Toi qui, veille sur mes nuits, 
Protège bien mes têtes blondes, 
Protège un peu les brunes aussi, 
On le sait bien, y’aura de la place pour tout le monde. 

Les mauvais rêves que tu emprisonnes ne feront plus de mal à personne, 
Balance toi oui, balance toi au dessus de nos nuits, 
Des grands, comme des tout petits bonhommes. 

Toi qui traques les rêves 
Oui toi qui le sait bien, 
Comme l’on vit on rêve 
Comme l’on rêve on devient . 

Toi qui traques les rêves 
Oui toi qui le sait bien , 
Comme l’on vit on rêve 
Comme l’on rêve on devient . 

Toi qui, ami du vent 
Vas-y fait danser les plaintes lointaines, 
Oui toi, qui des nuits de l’enfant 
Nous fait toujours le petit jour sans haine . 

Toi qui veille sur les vies 
Des autres et de tout ceux qu’on aime 

Christophe Maé


Mais d’où vient l’attrape-rêve ? Quelle est son histoire ? A quoi sert-il exactement ? Qui l’a inventé ? Qui a découvert ses pouvoirs magiques ? Voyons tout cela dès maintenant.

Les attrapes-rêves aujourd’hui.

Je suis toujours agréablement surprise de voir des attrapes-rêves trôner fièrement dans le petit chez-soi de mes ami(e)s. Accrochés au dessus du lit, à la fenêtre ou encore dans son bureau, ils apportent beaucoup de légèreté et de couleurs. Il y en a pour tous les goûts, ainsi, chacun peut choisir le style de son attrape-rêve et se démarquer de ceux des autres.

(Eh, vous savez quoi ? J’en ai un dans chacune des pièces de mon chez-moi ! Chacun de mes attrapes-rêves ont un style différent. Certains sont des cadeaux, d’autres sont mes créations.)

Où le placer ?

Le mieux est de placer son attrape-rêve face à la Lumière du jour. Trouvons donc un endroit stratégique de notre pièce (chambre) afin que la Lumière du jour puisse détruire les mauvais rêves qui se sont logés dans la toile de l’attrape-rêve pendant la nuit.

Le fabriquer ou l’acheter ?

Qu’est ce qui est le mieux : le fabriquer soi-même, faire confiance à un artisan ou en acheter un dans le commerce ?

Mon conseil est de le fabriquer soi-même, ou de demander à quelqu’un de nous le fabriquer pour nous. Le mieux est que l’attrape-rêve ne soit touché par personne d’autre excepté vous et bien sûr l’artisan, si vous vous en faîtes fabriquer un.

Pourquoi ?

Tout simplement parce qu’avant d’être un objet de mode, l’attrape-rêve est un objet mystiquevisant à éloigner les mauvais rêves et les mauvaises pensées avant de dormir. Il est doncchargé d’un pouvoir mystique qui est à prendre au sérieux si l’on souhaite qu’il fonctionne !
Si vous en achetez un dans le commerce, il ne sera pas chargé des mêmes énergies. Souvent fabriqués par des machines automatiques, ils sont dénués d’amour et d’énergies cosmiques.

Que faire si nous en avons acheté un dans le commerce ?

Un attrape-rêve dans un commerce vous a tapé à l’oeil et vous n’avez pas pu vous empêcher de l’acheter. Donnez-lui de l’amour et purifiez ses énergies ! Il a sûrement été touché par de nombreuses personnes et il est désormais plein d’énergies très différentes, plus ou moins lourdes et surtout : différentes des vôtres. Le mieux est donc de le purifier, en le passant sous de la fumée d’encens par exemple.

La légende du capteur de rêve

Il existe un conte selon lequel un jeune Amérindien, dans un village autochtone, découvrit le premier attrape-rêve créé par Iktomi (l’araignée à l’origine de l’attrape-rêve).

Voici son histoire…

Il y a fort longtemps, un jeune Amérindien partit à la chasse pendant plusieurs jours. Il s’aventura fort loin de son village et était à la recherche d’un orignal buvant l’eau de source pure coulant de la montagne. Avec courage et détermination, il traversa fleuves et rivières sans montrer le moindre signe de fatigue. Malheureusement, il n’aperçut aucune trace d’animal dans les parages.
Il décida alors de s’orienter vers une grande montagne en se disant « cette montagne est si grande, le repas sera bien servi !« . Comme il n’avait pas mangé depuis plusieurs jours, il était plus que temps pour lui de trouver une bête à manger.

C’est alors qu’il aperçut une grotte immense qui lui donna beaucoup d’espoir. « Je vais certainement trouver un orignal dans cette grotte !« . Encore une fois, ces espoirs s’évanouirent, puisque l’orignal était absent. Pourtant, il sentait une présence qui le mettait fort mal à l’aise. Il attendit, espérant voir surgir un animal qu’il pourrait chasser… C’est alors qu’une bête surgit, maléfique. Son poil était noir comme la nuit, ses yeux rouges comme le sang, son museau était retroussé et ses crocs qui dépassaient étaient affamés de chair.
Notre homme s’enfuit pour sauver sa peau, si précipitamment qu’il en oublia son arc derrière lui.

C’est donc les bras vides et la peur aux trousses que l’homme fût de retour à son village. Il décida de s’y reposer un peu avant de re-partir à la chasse le lendemain. Mais, malheur ! Il fût impossible pour lui de dormir. Il ne cessait de penser à cette bête aux yeux de sang le fixer, à sa bouche prête à le dévorer. Il resta donc une nuit de plus, espérant cette fois trouver la paix et le sommeil. Sans résultat ! La vision de la bête au poil noir comme la nuit le hantait lunes après lunes.

Notre homme manquait fort de sommeil et ne pouvait pas se permettre d’aller chasser dans cet état. Cependant, une nuit, il décida de se lever après un cauchemar, de sortir du village et de s’aventurer dans la forêt afin de chasser l’affreuse bête de ses pensées. Cela faisait déjà plusieurs nuits qu’il ne dormait pas, et il tomba de fatigue sur le sol couvert de branchage.

A l’aube, notre homme se réveilla reposé et fort surpris : aucun cauchemar ne l’avait incommodé. Il leva les yeux et découvrit une toile d’araignée perlée de rosée du matin. Les rayons du soleil illuminait considérablement la beauté de la toile, et la faisait briller de mille feux.

Il rentra à son village plein d’entrain, et s’empressa de conter cette aventure à son peuple, qui, depuis ce jour, adopta cette technique pour chasser les mauvais rêves.

Comments
Convert?w=220&h=220&fit=crop&cache=true
over 2 years ago

Ratings
(0 votes)
Your rating