Les origines du ski

-Émile Allais - L'homme qui a inventé le ski

Méthode, matériel, stations : les skieurs doivent tout à ce visionnaire.

Il est le monstre sacré du ski. Émile Allais est celui par qui tout est arrivé. Aujourd'hui, l'homme a 100 ans, les cheveux blancs comme neige, les yeux bleus comme de la glace vive, mais le regard doux, rieur et attentif pour compenser une oreille capricieuse. Émile Allais évoque sa vie en toute simplicité. Et pourtant, quelle vie...

Elle commence au début du XXe siècle à Megève, en Haute-Savoie. Des moniteurs autrichiens viennent y dévaler les pentes en compagnie de riches vacanciers. Curieux, le jeune Émile suit son oncle, guide-skieur pour touristes. Il sélectionne des planches chez le menuisier, bricole des fixations avec les charnières d'un placard et se lance. Il faut trouver la bonne technique pour tourner, et surtout aller le plus vite possible, car les premières compétitions s'organisent.

En 1936, c'est la consécration : il remporte la médaille de bronze aux Jeux olympiques de Garmisch-Partenkirchen. Puis en 1937, il rafle toutes les médailles d'or du Championnat du monde de Chamonix. Premier Français médaillé olympique et premier champion du monde

-L'origine du ski reste peu connue en France. Il faut remonter à 1835 pour entendre parler pour la première fois en France du ski, dans le roman de Balzac, "Séraphita". Mais c'est à partir des années 1905 que le ski apparut comme un sport de loisirs. Cette nouvelle activité inspira en 1907 Abel Rossignol, propriétaire d'une petite entreprise spécialisée dans la fabrication d'articles en bois à Voiron, qui décida de réaliser sa première paire de skis artisanale en bois massif. Ces skis en bois massif vont être utilisés tels que jusque dans les années 30/40, période durant laquelle une première innovation marque un pas important dans le développement des skis avec l'arrivée des skis "refendus", formés sous presse. Les spatules vont enfin garder leur forme. Mais Abel Rossignol veut aller plus loin et dépose en 1941 le brevet du ski "olympique" qui jette les bases du ski moderne, celle du ski contre-collé. Il faudra attendre les JO de 48 à Saint Moritz pour voir ce ski monter sur la plus haute marche du podium en descente avec Henri Oreiller, le meilleur ami d'Abel Rossignol.

En savoir plus: http://www.sport.fr/ski/c-est-abel-rossignol-qui-a-invente-le-ski-moderne-74988.shtm#ixzz2pTLMvVav

Cro-Magnon à skis ?
Les hommes du paléolithique, qui avaient probablement inventé le ski quelques millénaires avant J.C. vivaient sous des climats supposés très rudes. Ils.devaient être abondamment couverts de fourrure, ce qui ne facilitait certainement pas leurs évolutions à skis, notamment pour la chasse de gibiers rapides et éventuelllement combatifs.

Un sport qui va faire fureur.
Les objectifs des voyageurs en général et des skieurs en particulier ont largement évolué dès le début du XXe siècle, notamment à partir de 1930.Ces skieurs qui, auparavant, renâclaient devant la moindre pente vont désormais privilégier la descente. Cela conduira à la création de pistes adéquates et à la construction de remontées mécaniques pour les desservir. "L'homo turisticus" n'est plus alors une exception mais, au contraire, l'expression d'une tendance qui ne va pas cesser de s'accélérer. Les "sports d'hiver " deviennent un véritable phénomène de société.

définition wikipédia

Le ski est un moyen de transport qui se pratique avec des patins longs et étroits également appelés skis, fixés aux pieds. Principalement connu par le ski sur neige, introduit dans les Alpes et les autres massifs européens à la fin du XIXe siècle, cette pratique du ski sur neige naturelle est évidemment dépendante de la présence, de la résistance et de l'épaisseur du manteau neigeux, ce qui limite sa pratique aux régions montagneuses ou nordiques, ainsi qu'à la saison hivernale.

Le ski peut également s'adapter sur toutes surfaces glissantes possédant une tension superficielle non négligeable : l'eau -on parle alors de ski nautique -, des roches comme le sable ou la pouzzolane, les prairie en pente, voire des sols recouverts de neige ou de glace artificielles, d'aiguilles de pin, ou même d'armatures en treillis couvertes de feutres ou de textiles synthétiques sur des pistes en salle.

Le ski est cependant resté longtemps seulement un moyen de déplacement et un mode de transport, communs pendant les longs hivers enneigés dans les pays nordiques, les contrées sibériennes et les montagnes de l'Asie centrale. Le ski dit « nordique » est originaire de Scandinavie.

Originellement activité de pleine nature, le ski de descente, qui consiste à descendre des pentes de déclivité variable, a conduit à la construction de sites dédiés. Devenu ainsi sport de glisse prenant le nom en Europe de ski alpin, des stations de sports d'hiver ont été ainsi aménagées dans des sites jugés propices à une pratique ludique du ski moyennant travaux : terrassements, équipement de remontées mécaniques, de canons à neige, travail de la neige, etc. générant un vaste secteur touristique, notamment dans les Alpes.

La pratique du ski en terrain à faible déclivité a conduit de son côté au développement de sports davantage de pleine nature, comme les différentes formes de ski nordique. Bien que le ski de fond et le ski de descente soient regroupés sous la même appellation de « ski », aussi bien les techniques que le matériel sont très différents entre ces deux disciplines.

Il existe aussi plusieurs techniques nordiques de ski de randonnée et de descente, qui portent le nom de localités ou de contrées de Norvège : le télémark, le christiania

          


Histoire du ski alpin

Le sport du ski alpin, une invention anglaise

Le principe de gravir un sommet pour le descendre à ski le plus rapidement possible a été inventé plusieurs fois de manière indépendante :

  • Une descente est organisée en Californie, en mars 1854 selon le "Nevada Journal". Il est également question d'une course de descente à 'La Porte' mise sur pied en 1866 par des chercheurs d'or émigrés, pour la plupart de Norvège.
  • En 1905, les Autrichiens organisent une descente dans le cadre des Championnats du Tyrol à Kitzbühel puis la descente du Horn en 1906.
  • En 1911 les Anglais partent en ligne du sommet du Wildstrubel ('Plaine Morte') à Montana en Suisse dans une compétition en ligne proposée par le futur Sir. Arnold Lunn, considéré comme 'l'inventeur' du ski de compétition moderne. Le vainqueur de cette première épreuve dotée par le Trophée 'Earl Robert of Kandahar' fut Cecil Hopkinson qui mit plus d'une heure pour joindre l'arrivée!

Le ski alpin est ensuite organisé comme un véritable sport par un anglais[1], Arnold Lunn, qui fait de premiers essais en 1897 à Chamonix alors qu'il n'a que dix ans[2]. E.C. Richardson, « le père du ski britannique », fonde en 1903 le Ski Club of Great-Britain qui initie les élèves des public schools britanniques aux sports d'hiver dans les Alpes[2]. Le ski alpin est déjà au programme. La Roberts of Kandahar Challenge Cup est une compétition de ski alpin mise en place en 1903[2]. Dans la grande tradition britannique, ces épreuves sont réservées aux seuls Britannique. Ainsi, dès l'après Grande Guerre, Lunn met en place dans les Alpes les premiers championnats britanniques de ski alpin, « sous le regard incrédule des autochtones »[1].

Il faudra attendre 1929 pour assister aux premiers championnats d'Autriche ; 1930 en Suisse[3] et 1931 en France[1]. Toutes ces dates concernent jusque là exclusivement la descente. Le premier slalom est disputé le 21 janvier 1922 à Mürren. C'est alors plus une épreuve de style que de vitesse[1].

Parmi les autres initiateurs du ski alpin, citons l'Autrichien Mathias Zdarsky qui publia en novembre 1896 un ouvrage de techniques de ski dans lequel il reprend essentiellement les anciennes techniques norvégiennes (ski de fond et Télémark principalement) sur le modèle de l'ouvrage À ski à travers le Groenland du Norvégien Fridtjof Nansen, publié en 1888. Zdarsky prône notamment l'utilisation d'un seul grand bâton, comme le faisaient jadis les Norvégiens, alors que l'usage des deux bâtons se généralise en ski de fond dès la fin des années 1880.