Cookies policy: We use our own and third-party cookies to improve your navigation experience. By browsing this site, we assume you consent to us using them. More information here.
Accept

Les Dukha

La vie des éleveurs de rennes par Hamid Sardar-Afkhami
1
16
125 visits

L'œuvre de Sardar-Afkhami se concentre sur ce qu'il considère comme un aspect ancien et fondamental des civilisations nomades : la réciprocité spirituelle entre les animaux et l'homme, et leur relation à l'environnement.

Les communautés nomades qui survivent aujourd'hui dans des lieux comme la Taïga Mongol sont les descendants des mythiques Hyperboréens; une race d'illuminés qui vivait au-delà du grand vent. Les nomades mongols conservent une vision de la vie que notre imagination occidentale associe encore à la race dorée.

Le mouvement perpétuel à travers les vastes pâturages et leur proximité aux animaux, à la fois domestiques et sauvages, semblent leur donner une certaine immunité contre la dégénérescence - une certaine sagesse spirituelle, qui peut paraitre incompatible, même détestable, aux valeurs de la civilisation sédentaire, et qui demeure aujourd'hui un anachronisme héroïque, étranger à nos notions du temps et de l'histoire. Dans ces paysages ethnographiques et oniriques habités par des rennes, des ours, des chevaux, des aigles et des loups, les hommes ne sont plus au centre de l'image. Ils ne sont qu'un élément flottant à travers la scène.

 

En fait, sans la compagnie des animaux, la vie ne serait pas possible et l'homme semblerait perdu. Le mysticisme écologique qui relie l'animal à l'homme est l'essence même de la Taïga; c'est un lieu qui est rattaché aux bêtes qui parlent et aux voix des ancêtres, un lieu qui éveille le sentiment de guérison et de bien-être, mais qui semble toutefois contraire aux lois des hommes civilisés.

Ces compositions iconiques rappellent une phase antérieure de la conscience humaine, à une époque où l'esprit-animal escortait l'homme, à travers les barrières physiques et métaphysiques, vers d'autres mondes.

Ces nomades domestiquent et élèvent les rennes pour leur lait, leur viande et leur fourrure.

Leur nombre est aujourd’hui estimé entre 200 et 400 individus qui vivent principalement des touristes venus acheter leurs créations et chevaucher les rennes.

TravellingLiterature and cultureLes Dukhaéleveurs de rennesHamid Sardar-Afkhamicivilisations nomades
04 Feb, 2016
Comments
Convert?w=220&h=220&fit=crop&cache=true
almost 4 years ago

Ratings
(1 vote)
Your rating